• Danielle Zuber Header Vita
    Sopranistin Danielle Zuber konnte mit ihrer bemerkenswerten Stimme Wellen der Begeisterung und Gänsehaut durchs Publikum strömen lassen.

    NZZ über „Verdi Gala“

Vita

Français

Danielle Zuber est une Sopraniste Suisse bilingue qui a grandi à Zürich.

Dès l’âge de cinq ans, elle a suivi des cours de violon, plus tard des leçons de piano et a fait de la danse classique.

Très tôt, elle a découvert sa passion pour le chant; prend sa première leçon à vingt ans avec Jeffery Byers, bariton à l’opéra de Zürich. Puis, elle a poursuivi ses études chez Virginia Zeani, à l’université d’Indiana aux Étas-Unis. C’est là qu’elle a reçu son diplôme de „Bachelor of Music“ dans le domaine opéra performance.

Grâce à son talent, après quatre mois, on lui a offert son premier engagement.

C’est aussi avec James King, à l’université d’Indiana qu’elle a continué sa formation; et plus tard avec Luciana Serra à Milan.

Elle a découvert l’interprétation du chant poétique (Lied) au Mozarteum à Salzbourg auprès de Gundula Janowitz.

Danielle Zuber a débuté dans le chant lyrique léger dans divers rôles: Vespetta de „Pimpinone" (Winterthur et Zürich) et Serpetta de „La Finta Giardiniera“ (Arosa). On suivit la Contessa „Le Nozze di Figaro“ (Rome) et la Contesse de Folleville „Il Viaggio a Reims“ (Puchheim). Cette production à Puchheim a reçu le prix de Tassilo du journal allemand (Süddeutsche Zeitung). D’autres rôles ont suivi  en Bavière, Rosalinde „Die Fledermaus“ (Puchheim), Catarina Cornarini  „Die Seufzerbrücke“ (Bad Aibling) et Königin der Nacht „Die Zauberflöte„ (Munich).

Suite à une modification de son timbre vocal, sa carrière l’amènera à chanter des rôles lyriques plus dramatique.

Danielle a interprété les rôles de Nedda de „Pagliacci“ (Munich), le rôte principal „Frau Luna“ (Munich), 1. Dame „Die Zauberlöte“ (Puchheim) et Agathe „Der Freischütz“ (Dresde).

Pour compléter elle a chanté les représentations en concerts de „Die lustige Witwe“ (Hanna Glawary) et „La Traviata“ (Violetta Valery).

Elle a eu la chance de chanter dans de nombreux concerts et Oratorio comme: Händel’s „Messiah“, Mendelssohn’s „Ellias“ et Verdi’s „Missa da Requiem“, ainsi que la 9. Symphonie de Beethoven.

Une des préférences de la sopraniste la dirige vers le chant poétique (Lied); dont font partie „Liederzyklen“ de Schubert et de Schumann, qu’elle a chanté entre autre, avec „Süddeutschen Schubertgesellschaft München“. Avec l’assossiation Schostakowitsch Berlin, elle a présenté le cycle „Fabeln“ et „Satiren“ du compositeur russe.

L’oeuvre „Italienisches Liederbuch“ de Hugo Wolf, qui dans sa version originale est rarement présentée, elle l’a interprété à Zürich, Berne, Montreux, Vevey, Genève et Cologne.

Danielle Zuber vit actuellement à Zürich en Suisse.